Courbet n°7

La Courbet n° 7 est une enceinte 3 voies utilisant 3 haut parleurs d’exception, tous les trois fabriqués dans notre site de production troyen (10-Aube);

• le tout nouveau tweeter a double décompression qui va équiper les Nouvelles Karla 2.0,
• le Haut parleur Medium des Olympia one master (diapason d’or 2016),
• un haut parleur 17 cm « Carbone » très rapide et très défini; conçu sur mesure afin d’atteindre une courbe générale proche de la ligne droite et sans aucun complexe!

Cette Courbet n°7 saura remplir de grandes pièces avec un niveau de définition et de musicalité très rarement rencontré dans une enceinte trois voies de cette taille, et ce, même à très fort volume.
Les mensurations parfaites de sa petite soeur (Courbet N°5) n’ont pas été mises de coté non plus : un peu plus grande, elle reste très élancée et futuriste sur toute la ligne.

La grande colonne de la gamme s’impose par son équilibre, sa rapidité, la densité de ses timbres, et un sens du swing qui n’appartient qu’à elle. A n’en pas douter, une nouvelle référence dans son segment.

Retour à la gamme

Galerie d’images

Spécifications

Bass reflex : évent circulaire
Puissance nominale : 130 W
Puissance maximale : 200 W
Nombre de voies : 3
Nombre de haut-parleurs : 3
Rendement : 92 dB
Bande passante (+/- 3 dB) : 40 – 25000 Hz

Tweeter : 28mm dôme souple
Médium : Kevlar 13 cm
Woofer : 17 cm fibre de carbone
Dimensions (cm) : 110 (h) x 18,5 (l) x 28.5 (profondeur)
Poids (kg) : 24 (un carton)
Impédance : 4…8 ohms
Fréquence de coupure : 400-4000Hz

Téléchargez la fiche technique en PDF

L’avis des spécialistes

Test enceinte Davis Acoustics Courbet n°7 : une altesse populaire et libérée.

Avec sa nouvelle série d’enceintes Courbet, la marque française Davis Acoustics semble s’intéresser un peu plus au design. Un coffret très élancé et légèrement incliné vers l’arrière ainsi qu’une large base habillée de bois véritable sont les signes distinctifs de sa référence haut de gamme, Courbet n°7. Mais heureusement, cette approche à l’apparence plus aristocratique ne l’a pas coupée des aspirations du peuple audiophile.

Lire le test en entier ici >

“La gamme Courbet a été pour Davis l’occasion de démontrer sa capacité à se renouveler, à ne pas se contenter de recycler de vieilles recettes.

D’emblée séduit par les nouveaux choix esthétiques, j’ai écouté avec attention chacun des trois modèles.

J’ai pu immédiatement retrouver ce que j’aime tant chez Davis : beaucoup d’énergie dans les graves, un niveau de détail très poussé et des voix très naturelles.

Mais ça ne s’est pas arrêté là… l’écoute des Courbet 7 s’est montrée si immersive, si naturelle, que j’en ai oublié de prêter attention aux détails de l’écoute pour me laisser porter par la musique.

Cette capacité à produire une scène vaste, dense et très naturelle (pas d’artifice spectaculaire ici !), secondée par des timbres particulièrement bien équilibrés, fait de la Courbet 7 une proposition audiophile singulière et attachante.”

Les voix s’expriment avec une vraie présence, les couleurs de l’orchestre sont rendues avec réalisme, la dynamique, malgré un niveau d’écoute assez élevé, n’est jamais tassée.

Nous sommes impressionnés par l’image sonore reproduite qui est réellement holographique.

Cela démontre un très bon travail sur la mise en phase des différents haut-parleurs qui équipent cette Courbet n° 7, bravo à l’équipe de développement.”

Lire tout l’article ici >

“Et ben, pour une claque, c’en est une! Mais dans le bon sens. Ces très discrètes enceintes ont tout d’une grande, avec toujours ce médium-aigu précis et mélodieux, mais l’extension dans le grave, avec l’aide des câbles et des plots isolateurs, fait un bon spectaculaire. L’assise est bien plus profonde que ce dont en est droit d’attendre d’un hp modeste, la tenue en puissance laisse coi, la rapidité de la bande passante est phénoménale, bref le grand spectacle est là.”

“Les Davis Courbet n°7 sont déjà de grandes enceintes desquelles se dégagent beaucoup de classe et de subtilité. Elles concilient savamment délicatesse et générosité. Avec elles, la musique est épanouie, mais pas rentre-dedans.”

Lire tout l’article ici >